Accueil   Reportages  Vidéos   Thèmes    Associations    Services   Historique      Archives     Voyages     Contact     

Mondragon - Comité des Fêtes - Samedi 12 Mai 2018
La Légende du Dragon perdure depuis 47 ans !  
  Episode précédent       Edition 2017       Article presse 1    Article presse 2 
                              

          Vidéo (Tri et montage en cours... patience !)


Tu viens, chéri ? Je t'emmène à la fête !

Vendredi soir, les inconditionnels du Dragon ont donc déjà savouré un premier épisode. Le plus consistant s’est poursuivi ce samedi, dès l’après-midi. Un ciel mitigé a menacé les festivités concoctées par le Comité des fêtes. Seules quelques gouttes de pluie les auront contrariées. Ouf ! D’actuels travaux dans le centre ville ont réduit d’autant la supposée cité médiévale qui casait, là où elle le pouvait, ses attraits habituels : petite ferme animalière, stands artisanaux, jeux en bois d’antan, fanfares, théâtre de rue, campements de chevaliers, etc. Plongés dans les années 1000, les visiteurs sont fidélisés depuis 47 ans. Leur nombre croît toujours à la tombée du jour. Car le pic festif porte sur le défilé nocturne de la Légende du Dragon, symbolisée par des saynètes : l’attaque du monstre, l’enlèvement de la princesse, l’adoubement du chevalier libérateur, etc. Un peu noyé dans l’ensemble, le synopsis émerge d’une suite séduisante de chars extravagants.   J. P.  

P. S. Ce texte (paru dans la presse) n'a rien de très dérangeant. Mondragon-plus soutient le Comité des fêtes. D'autres réflexions (voir plus bas) sont plus critiques...


La grosse bête, toujours aussi verte, déteint sur la page aux textes tout aussi verts ! 

Une idylle entre un prince et la sorcière... Qui l'eût cru ? 
          


Une population hybride, vaguement moyenâgeuse, congestionne la place.

Le Comité des fêtes dans sa taverne ambulante.
           

Une nouvelle idylle...
Le village se replonge dans l’ère médiévale.
 

    
La petite ferme animalière 

                  
Les jeux de bois d'antan...

... sous la férule des égéries du Sou des écoles laïques (à droite)
             

L'instinct guerrier des années 1000...
           
Les musiciens de la Compagnie Vendaqui et autres...

La Souco de Derboux danse le farandole.
     
Le défilé historique est imminent...

A la tombée du jour, le gros rat s'apprête à intégrer le défilé...

La grosse rassade va rallier le point de départ de la parade...

Le monstre est véhiculé par ses sbires fidèles !
            

Quelques peintres du groupe "Nuances" (une page va leur être consacrée).
            

La sorcière a retrouvé sa copine. 
          
Une vingtaine de chars et de groupes extravagants constituent le défilé.  
Ils prennent place au bout du village et feront deux tours du centre ville.
Seul le premier tour s'agrémente de cinq saynètes qui interrompent la marche
et évoquent un épisode de la Légende du Dragon... 
L'idée est séduisante, mais les avis sont partagés. 

Pour ceux, très nombreux, qui n'ont pas pris connaissance du synopsis, 
rien ne tranche distinctement sur le reste.
Les haltes du défilé sont alors incomprises.
Sans texte, ni sono, ni éclairage appropriés, cela ne saute pas aux yeux.

Mais une telle mise en scène, c'est évidemment une tout autre logistique !  
Je ne donne pas seulement mon avis, je rapporte des échos glanés ici et là. 
Toutefois, comme l'an dernier, je me suis vu dans l'impossibilité de filmer autre chose 
qu'un défilé aux arrêts incessants coupant le rythme... Découragé, j'ai alors dû renoncer au montage vidéo habituel...
Cette année, je vais voir ce que je peux faire. 

A quand le retour d'un vrai spectacle ? Peut-être en 2021 pour la 50ème ?  Qui sait ? 
                  
Petit rappel technique. A partir d'ici, les images sont extraites des vidéos, forcément sans flash en très basse lumière,
jusqu'à 1600 ou 3200 ISO, une obturation et un diaphragme tout aussi extrêmes... Et ça marche !
Certaines photos ont des airs de peinture ou d'aquarelle. C'est marrant !
J'ai un matos assez simple et avant tout léger. Les gros trucs, c'est de la frime ! D'excellents logiciels (photo et vidéo) font le reste...
       

Un couple princier... (réminiscences du son et lumière d'antan)
       
Les moines pervers
 

J'ai fait ce que j'ai pu. Alors j'ai droit à la bénédiction d'un pote moine pervers !
           


Meszigues

Que vous dire de plus ?
J'ai déjà tout dit et son contraire sur le Drac. Mon sens critique s'est émoussé. En 2008, pour avoir osé titrer dans la presse "Qui rendra son âme véritable au Drac ?", j'ai provoqué un séisme. A la même époque, le dernier film que j'ai projeté à la salle des fêtes était aussi trop critique. Le comité des fêtes ne me l'a jamais pardonné. Aujourd'hui, il se méfie toujours de moi. Il a tort. Je n'aligne plus que des images flatteuses : celles toutefois d'un formidable potentiel... Car, n'en déplaise aux détracteurs, le Drac déplace pas mal de monde. Mais qui donne son avis ? Hormis le noyau habituel, on ne se bouscule pas vraiment aux réunions publiques. L'organisation manquerait-elle d'ouverture ? De sang neuf ? D'audace ? De créativité ? Le bénévolat (à bout de souffle) s'enliserait-il dans son ronron ? Ce n'est pas moi seul qui pose ces questions. Mais ceux qui s'étonnent que je ne les pose pas. 

Récapitulatif des fastes d'antan...

    Haut de page