Accueil   Reportages  Vidéos   Thèmes    Associations    Services   Historique    Archives   Voyages    Contact      

Mondragon
Comité des fêtes

L’animateur Didier passe de la maison de retraite à la scène
Un one m an show savoureux qui met « les yeux dans les vieux »
Bénédicte Bousquet 

Dimanche
6 Octobre 2019

      


Mini-vidéo = 1' 40"
Cliquer dessus


Céline Ros (Comité des fêtes)

Le Comité des fêtes a du nez pour dénicher de nouveaux talents. En 2017, il faisait déjà salle comble avec la Mondragonnaise Bénédicte Bousquet, par ailleurs enseignante dans une école maternelle à Orange, mais aussi humoriste amateur. D’où son one man show « D’école et moi », axé sur sa profession, qui la bascule aujourd’hui vers les pros du rire.

Des similitudes nous révèlent maintenant le cas de Didier Llorens, dit simplement Didier (sans patronyme) pour la scène. Il a vu le spectacle de Bénédicte Bousquet qui l’a encouragé à faire pareil, à partir d’un métier qu’il exerce depuis dix ans : animateur de maisons de retraite. D’où cette autobiographie scénique débridée, « Les yeux dans les vieux ». 


C'est le baptême du feu pour Didier


L'événement fait salle comble

     

En amont, nous avons bel et bien vu Didier Llorens professer en tant que chef d’une chorale regroupant des seniors de la résidence Peyrafeux de Mondragon et des résidants de l’hôpital de Pont-Saint-Esprit. Adulé par ses choristes, il leur dispense du bonheur. Par contrecoup, sur scène, voici qu’il réjouit un public. Voyons la genèse.

Pâtisserie et chanson

Didier réside à Saint-Paulet-de-Caisson. Il s’est initié au théâtre au collège Notre-Dame à Pont-Saint-Esprit, où il a aussi fréquenté le conservatoire. Mais deux passions le tenaillent : la pâtisserie et la musique. Il privilégie cette dernière et devient chanteur de variétés. Son charisme agit notamment sur le 3ème âge, auprès duquel il devient animateur et chef de chorales. C'est peut-être une façon d'appréhender cet âge qu'on dit d'or en niant le déclin.

Durant une décennie, aux côtés de sa collègue Marjorie, il emmagasine une foultitude de situations cocasses, inhérentes au quotidien des maisons de retraite. Un trop-plein l’amène à se libérer du vécu. Il écrit un spectacle et, pour la toute première fois, ce superbe quadra au sourire enjôleur vient de jouer à Mondragon. Il a fait un tabac ! Pourquoi pas une tournée régionale ? Didier y pense. Nous aussi !   J. P.


Tout y passe : sa vie professionnelle, les mamies amoureuses de lui, ses tracas familiaux, 
ses escapades au Bar L'esclave à Avignon, un fils compréhensif, un humour tendre et caustique...
       

C'est peut-être une façon d'appréhender cet âge qu'on dit d'or en niant le déclin.

             


Il chante et il danse, tel un funambule qui se tourne en autodérision.
          


Succès immédiat d'une première qui devrait s'affiner avec le temps...

        


Les autographes vont bon train !


Craquant, non ? Salut l'artiste !
          


Mini-vidéo = 1' 40"
Cliquer dessus

Haut de page