Accueil  Reportages   Vidéos   Thèmes    Associations   Services   Historique    Archives    Voyages    Contact        

Ville de Bollène - Solidarité - Mercredi 5 Mai 2019
Le Secours Populaire dans la tourmente
Désavouée par sa hiérarchie, l’antenne bollénoise défend son action cantonale
 
Episodes précédents


1. Monique Discours-Mombelli, secrétaire générale en sursis.   
2. Assemblée générale houleuse et report de décision finale en juillet prochain

Sur l’injonction du Comité départemental, ce mercredi soir, l’antenne locale du Secours Populaire a tenu une nouvelle assemblée générale à Bollène, à l’espace de l’Amitié, en présence d’Anthony Zilio, président de l’Intercommunalité. Ceci à la suite d’une précédente assemblée générale tronquée à Lapalud en avril dernier, où la poursuite de son activité solidaire était remise en cause. La suite du débat porte donc, aujourd’hui, sur l’officialisation ou non du régime de l’antenne bollénoise qui, jusque-là, englobait celles de Mondragon, Lapalud, Mornas, Lamotte-du-Rhône et Sainte-Cécile-les-Vignes. Un regroupement qui risquerait de disparaître et de laisser place à des unités séparées directement dépendantes de l’autorité départementale.

La gravité d’une telle décision amène son recul une seconde fois. Notamment représenté par son secrétaire général Denis Yona, le Comité départemental a déclaré « qu’il devrait décider du sort de l’antenne de Bollène lors d’une prochaine concertation prévue à Avignon en juillet prochain. »

Trop d’autorité ?

Comment en est-on arrivé là ? L’intransigeance de Monique Discours-Mombelli, jusque-là secrétaire générale, serait en cause. C’est du moins ce qui a tenté de paraître au sein d’une assemblée houleuse où, cependant, la majorité des bénévoles soutiennent la responsable disgraciée aux yeux de la hiérarchie. Or, avec un calme impressionnant, avant l’ouverture du débat, elle s’est soumise au bilan moral éloquent de la saison écoulée, corroboré par le compte-rendu financier de Roselyne Villon, tout aussi explicite. Nous y reviendrons plus tard. 

« C’est vrai, j’ai mon franc-parler et je déteste l’hypocrisie, mais je n’abandonnerai jamais en pleine mer le bateau en détresse ! », a stoïquement affirmé Monique Discours-Mombelli, dont nous suivons effectivement les nombreuses actions solidaires.          J. P.



Haut de page