C'est quoi au juste la série Coq-à-l'âne dans le rétro ?
                                                     
Retour aux clips vidéo

Chaque vidéo dure en moyenne 8 minutes. Je pioche dans les deux ou trois dernières décennies parmi des sujets résolument dissemblables. Un seul sujet important relooké peut suffire à une vidéo. Mais, s'ils sont assez courts et très différents, j'en rassemble trois, quatre ou cinq d'affilée. D'où le coq-à-l'âne ou l'idylle supposée entre la carpe et le lapin !

L'idée m'est venue en plein confinement forcé à cause de l'épidémie du Covid 19. Par quoi allais-je remplacer mes fonctions interrompues de pigiste pour le journal La Provence ? J'ai fouillé dans mes archives journalistiques qui m'ont renvoyé à celles de mon site mondragon-plus.com.

Mon stock de vidéos est débordant. Outre le vrac jamais monté et donc pas montrable, près de 300 documents sont actuellement placés sur Youtube. Il doit y en avoir autant, éparpillé dans les entrailles de mondragon-plus.com et partiellement hébergé par 1&1. Tout ça est fait pour être vu.

Quelques exemples (outre le Drac largement évoqué ailleurs) : Josette Bernard toutes voiles dehors dansant comme Loïe Fuller, Cocktail Dance animant les 40 ans du Judo-club, la toute jeune Lucie Louis jouant la valse favorite de Mozart,  Florian Barbato à la guitare pour La flûte enchantée du même Mozart, la désopilante Mireille Lesbros chez "Apprendre des Anciens", l'inauguration du stade Gabriel Menu, la fête scolaire, le centre de loisirs, l'entretien des lönes du Rhône, le Téléthon, le départ du père Pariseau, le pèlerinage à Notre-Dame des Plans, le Choeur Jubilate, le peintre sculpteur Roland Riché, la danse country, Les Bras KC, Pagaille, les Potos Acoustiques, etc...

Or, si ma chaîne perso sur Youtube fédère aujourd'hui presque 400 abonnés (des inconnus que je ne joindrai jamais à deux exceptions près), les vues effectives au niveau local restent décourageantes. Je ne prétends à aucune gloire. Seulement au minimum d'attention pour la soi-disante "mémoire du village" qu'accessoirement je personnifie !            J. P.