Accueil  Reportages  Vidéos   Thèmes    Associations    Services   Historique      Archives     Voyages     Contact         

 Ville de Bollène - Lundi 28 Mai 2018
Le Souvenir Français très actif mis à l’honneur
Cérémonie double avec la dénomination d’un rond-point
et l’hommage posthume à un compagnon de la Libération

Episodes précédents

         

Contrariées par une pluie intermittente, les cérémonies n’ont quand même rien perdu de leur solennité. Le comité local du Souvenir Français y était à l’honneur en fonction de son rôle actif sur le devoir de mémoire pour la Ville de Bollène. Sur ses propositions, des projets conjugués avec la municipalité, qui en est vivement remerciée, ont été réalisés : grille du Monument aux morts, mât tricolore du jardin du Souvenir, inscription de huit Bollénois oubliés morts pour la France, plaque commémorative pour les morts en opérations extérieures, plaques signalétiques du pont de Verdun, dénomination de deux places (Pierre Delarque et Edmond Saladin) et de deux rues (Marcel Sargian et Emile Navarro), présence à toutes les commémorations officielles, illumination du Monument aux morts.

A noter également : participation régulière des scolaires aux cérémonies, visites scolaires de lieux de mémoire, matinée citoyenne des collégiens à la base aérienne d’Orange, réalisation d’une plaquette sur les poilus bollénois par les collégiens et lycéens, commémoration de la Ville avec des équipages d’époque, remise d’un drapeau du comité aux collégiens et lycéens. En prévision : restauration de tombes des morts pour la France.

Inauguration d’un rond-point

Ce récapitulatif éloquent aboutissait donc, ce lundi matin, à l’inauguration du rond-point du Souvenir Français (avenue Sadi-Carnot), sous l’autorité de Marie-Claude Bompard, maire, et diverses personnalités dont Michel Hadj, Jean-Claude Tibère et Marcel Mathieu, respectivement directeur général, délégué départemental et président local du Souvenir Français.

Plusieurs allocutions ont marqué l’inauguration du rond-point, dont celle Madame le maire qui a rappelé : « Oublier, c’est condamner nos morts pour la France à une seconde mort. Le Souvenir Français est le trait d’union entre le passé et l’avenir. » Autre événement : la remise d’une Médaille d’Argent à Marcel Mathieu, président du comité local, pour son action exemplaire.

Hommage à Pierre-Marie Blanchet

Ce même jour, à proximité du rond-point, une seconde cérémonie était consacrée au dévoilement d’une plaque commémorant Pierre-Marie Blanchet, mort pour la France le 18 juin 1944 en Italie à la bataille de Radicofani, au Caleinajio.

Sur sa maison natale, une première plaque, invisible et oubliée, était due à l’initiative du Commandant Paul Acarias (Forces françaises libres) et Marius Cuillerai (Médaillés militaires), aujourd’hui tous deux  disparus. Un historique sera lu par le Commandant Pierre-Yves Gourmelon (base aérienne d’Orange), en présence de France Bouyon, fille du défunt, compagnon de la Libération. Elle a exprimé ses remerciements et rappelé : « Je n’ai pas connu mon père, mort au combat trois mois avant ma naissance, qui n’aimait pas les honneurs et a refusé la Croix de la Libération car il fallait alors la donner à toute sa compagnie. Elle lui a donc été décernée à titre posthume. »

Les deux cérémonies étaient conclues autour d’un cordial buffet, offert au centre aéré de Pénègue. Deux autres rendez-vous sont imminents : hommage au colonel de Chabrières, mort au combat à Magenta (lundi 4 juin à 11h sur sa tombe à Saint-Ferréol), et journée nationale des morts pour la France en Indochine (vendredi 8 juin à 9h45 au jardin du Souvenir).    J. P.
           

 
Marcel Mathieu reçoit la Médaille d'Argent (au centre)
          


Dévoilement de la plaque (avenue Sadi-Carnot)
    

Le déplacement du décorum entre les deux cérémonies
                  

Dévoilement d'une nouvelle plaque commémorative
       

Pierre-Marie Blanchet (1907-1944), mort pour la France

Hait de page